Marché de l'emploi des ingénieurs et des techniciens : le grand paradoxe.

21/06/2016

Comment les ingénieurs et les techniciens perçoivent-ils leur marché de l'emploi ? Qu'est-ce qui les attire, à quoi sont-ils attentifs et comment se comportent-ils sur ce marché ? Au final, comment les entreprises peuvent-elles inciter ces profils très recherchés à rejoindre leurs équipes ? Fed Ingénierie a mené l'enquête avec StepStOne auprès de 795 ingénieurs ou techniciens en Industrie entre avril et mai 2016. Elle permet de sonder les impressions, aspirations et attentes des professionnels en poste ou en recherche d’emploi. Ses enseignements sont précieux pour les entreprises à la recherche de professionnels très courtisés.

Une vision assez pessimiste sur un marché de l’emploi pourtant de candidats.

Premier enseignement de l’étude : un grand paradoxe ! Alors que le marché de l’emploi des ingénieurs et des techniciens est favorable aux candidats, la perception qu’ils en ont est plutôt pessimiste. 58 % des professionnels interrogés estiment en effet que leur marché n’est pas dynamique ! Sur cette question, techniciens et ingénieurs parlent d’une même voix puisqu’ils sont respectivement de 57 % et 59 % à partager cet avis.

Le salaire reste le critère de choix entre deux postes surtout s’il est décentralisé.

Pour choisir entre deux postes, c’est le critère salarial qui l’emporte comme dans tous les autres métiers : 57 % des répondants le place en premier critère. Plus rare, ce critère est placé très loin devant l’ambiance de travail (43 %), en revanche, les perspectives d’évolution sont très importantes pour ces professionnels (2ème critère cité par 55 % des répondants).  Autre point d’étonnement, ils sont assez peu sensibles à l’innovation, seulement 27 % l’ont désigné  déterminant pour faire le  choix entre deux postes. Pour inciter les futurs salariés à venir travailler sur des sites industriels souvent situés loin des grosses agglomérations, mieux vaut encore une fois miser sur le salaire. Les ingénieurs et les techniciens pour une large majorité (60 %) envisageraient une mobilité en cas « d’augmentation significative de la rémunération ».

53 % des ingénieurs et des techniciens sont à l’écoute du marché.

Autre caractéristique, les professionnels sont particulièrement actifs sur le marché de l’emploi : 42 % déclarent postuler régulièrement à des offres et 53 % restent à l’écoute du marché. Il s’agit d’un marché plutôt « volatile », une idée renforcée par le fait que 70 % des répondants sont en poste dans leur entreprise depuis moins de 6 ans.