Sup’EnR : une école d’ingénieurs française dédiée aux énergies renouvelables

06/06/2017

Depuis la rentrée 2016, l’université Perpignan Via Domitia (UPVD) accueille Sup’EnR, la première école d'ingénieurs en France spécialisée dans les énergies renouvelables. Une manière de former des futurs professionnels dans un domaine en plein développement, à l’heure de la transition énergétique.

Sup’EnR échappe à un raté en 2009

Avec 1 500 candidatures reçues pour seulement 24 places post Bac, la direction de Sup’EnR doit déjà avoir des certitudes. À commencer par celle que cette école d’ingénieurs unique en France a toutes ses raisons d’être. Et que la persévérance leur aura donné raison.

Car dès 2009, Polytech Montpellier, en partenariat avec l’UPVD, lance un département énergétique. Mais les discussions échouent. Reconnue par la Commission des titres d’ingénieurs (CTI), Sup’EnR parvient toutefois à se créer, l’université de Perpignan étant aujourd’hui affiliée à l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Toulouse.

Des ingénieurs formés en 3 ou 5 ans

Au sein de l’école d’ingénieurs française dédiée aux énergies renouvelables, deux parcours sont proposés aux étudiants.

  • En admission post Bac, après un baccalauréat scientifique. 24 étudiants sont admis à en 1er cycle Sup’Enr à l’INSA de Toulouse, pendant deux ans, avant le cycle ingénieur, en 3 ans, à l’université de Perpignan.
  • En troisième année, après une licence 2 en physique-chimie ou SPI, une classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE), un IUT ou un BTS. 40 étudiants intègrent le cycle ingénieur à Perpignan.

À lire aussi : Pourquoi travailler dans le secteur de l’ingénierie ?

Sup’Enr « construit l’avenir des générations futures »

Malgré sa toute récente ouverture, Sup’Enr est déjà largement sollicitée par les étudiants potentiels. Rien d’étonnant à ça : cette école d’ingénieurs française dédiée aux énergies renouvelables est la première – et pour l’instant la seule – du pays dans ce domaine. Domaine qui intéresse, se développe et devrait logiquement prendre une part de plus en plus importante à l’avenir, transition énergétique oblige.

« Je suis convaincu que c'est par ce genre de formation que nous construirons l'avenir des générations futures », confiait d’ailleurs le président de Sup’Enr, Fabrice Lorente, lors de l’inauguration.

Sup’EnR peut s’appuyer sur de grands moyens techniques et humains 

Pour former les ingénieurs de demain, Sup’EnR peut s’appuyer sur un réseau d’intervenants de qualité : enseignants-chercheurs et autres experts en énergies renouvelables.

Pour l’heure, à Perpignan, l’école d’ingénieurs française dédiée aux énergies renouvelables occupe des locaux situés sur le « Site 21 », dans la zone d'activités Tecnosud. Les étudiants peuvent ainsi côtoyer des chercheurs de PROMES (Procédés Matériaux et Énergie Solaire), un laboratoire de recherches dans les énergies renouvelables. Les élèves-ingénieurs auront également accès au laboratoire Art Dev (Acteurs, Ressources, Territoires dans le Développement).

À l’horizon 2019, l’école devrait avoir ses propres locaux et continuera de monter en puissance pour former ceux qui mèneront la transition énergétique. En France, et à l’international.

À lire aussi : Secteur de l’ingénierie : les métiers porteurs

FED Ingénierie vous accompagne …

Fed Ingénierie accompagne tous les candidats en recherche d’emploi et toutes les entreprises en quête d’un profil ciblé. Retrouvez toutes nos offres d’emploi sur notre site.

Pour aller plus loin :