9 raisons qui poussent à changer de travail

Posté par Fed Ingenierie dans Votre marché de l’emploi
Le 21/11/2022

9 raisons qui poussent à changer de travail

Prendre un nouveau départ professionnel : oui, mais pourquoi ? Les motivations qui poussent à trouver un nouveau poste sont nombreuses. En voici quelques-unes qui illustrent pourquoi l’envie de changer de travail touche un grand nombre de salariés.

Toucher un meilleur salaire

La question de la rémunération figure parmi les principaux facteurs de changement d’emploi. Le plus souvent, le salarié n’entrevoit pas d’augmentation possible ou a déjà subi plusieurs refus de réévaluation de sa rémunération.

Parfois, il touche un salaire en dessous du marché depuis plusieurs années. Le salarié cherche donc à trouver un emploi qui répond mieux à ses attentes salariales, que ce soit une rémunération fixe plus élevée ou des avantages en nature.

Trouver de nouvelles perspectives d’évolution

Tâches répétitives, fiche de poste au périmètre limité… Certains métiers deviennent répétitifs au bout de quelques années, voire quelques mois. L’intérêt pour les missions peut donc rapidement chuter. D’autres salariés n’ont jamais eu d’attrait particulier pour leur emploi. Dans ce cas, le besoin de renouveau devient pressant, sous peine de subir un bore-out, ce syndrome d’épuisement professionnel dû à l’ennui.

Dans la même lignée que la lassitude au travail, le manque de perspective d’évolution pousse de nombreux salariés à changer d’emploi. Manque de responsabilités, éléments solidement installés et peu enclins à laisser leur place, refus de la hiérarchie, etc.

À lire aussi : Quand l’envie de changer d’entreprise peut-elle se manifester ?

Saisir une nouvelle opportunité

Quelquefois, la motivation pour un changement de poste provient d’un recruteur. Une opportunité immanquable se présente, le poste de rêve du salarié, accompagné d’un salaire attractif. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à quitter son travail. Se faire recruter apporte un regain de confiance, surtout si la routine guette dans le job initial.

Enfin, l’opportunité de changer de rythme séduit plus que jamais les travailleurs. L’envie de travailler en bénéficiant d’horaires flexibles, depuis chez soi (à plein temps ou en alternance présentielle) remporte un franc succès depuis la crise sanitaire.

Réduire le temps de transport

L’envie de trouver un emploi plus proche de chez soi est une raison répandue. Non seulement un trajet quotidien assez long fatigue et stresse, mais le temps passé sur la route représente autant de temps libre en moins, loin de sa famille. À terme, cela peut jouer sur le moral et la productivité du salarié. Depuis la crise sanitaire, un certain nombre d’entreprises répondent à l’éloignement avec la mise en place du télétravail. À n’en pas douter, celles qui le refusent encore risquent d’en pâtir.

Démissionner à cause d’un déménagement

Conjoint muté dans une autre ville, besoin de retrouver ou de découvrir une nouvelle région, envie d’espaces verts, de soleil, etc. Les raisons d’un déménagement sont multiples. Là encore, les Français concrétisent ce désir et quittent bien plus facilement leur travail depuis la crise sanitaire.

Travailler dans une entreprise dont on partage les valeurs

Quitter son emploi pour des raisons éthiques est de plus en plus fréquent, notamment pour les générations qui entrent dans le monde du travail. Stratégie marketing mensongère, activité polluante, manque de diversité ou de considération envers les minorités : il y a de très nombreuses raisons de ne plus se reconnaître dans les valeurs de l’entreprise. Aujourd’hui, réserver ses compétences à une entreprise qui partage la même vision du monde est devenu un argument primordial.

Changer de travail parce que l’entreprise affronte de grosses difficultés

Au sein d’une entreprise en grande difficulté financière, les employés ont tendance à perdre le moral. Et pour cause, les rumeurs de plans de départs et de licenciements économiques ne font qu’augmenter le stress et la pression. Les conditions de travail et l’ambiance se dégradent au fur et à mesure. Pour retrouver du plaisir dans leur travail, ils finissent par le quitter pour postuler dans une entreprise en bonne santé.

Changer de statut et devenir indépendant

Après un long moment de salariat, certains souhaitent travailler à leur compte. Ils optent alors pour la création d’une entreprise plus ou moins grande. Nul besoin de rechercher un nouvel emploi. Toutefois, la prospection accapare un temps précieux, puisque le nouvel indépendant doit rechercher un local, des fournisseurs, du matériel et, surtout, des clients.

Préserver sa santé

Enfin, certains jobs se distinguent par leur difficulté : chronophages, particulièrement stressants, risqués ou dégradants. D’autres fonctionnent en horaires décalés, les soirs et weekends. Au bout de quelque temps, des salariés peuvent ressentir une forme de détresse ou de lassitude. Avant de matérialiser ce sentiment en burn-out, les plus avisés changent de carrière, et donc d’emploi. Le constat est similaire dans les entreprises ou l’ambiance entre collègues ou avec la hiérarchie est mauvaise.

À lire aussi : Que faire pour bien reprendre le travail après un burn-out ?

Groupe Fed accompagne les candidats en recherche d’emploi et les entreprises à la recherche de profils ciblés. Retrouvez toutes les offres d’emploi sur notre site.

A lire aussi

Le guide essentiel de la démarche QVT
Votre marché de l’emploi

Le guide essentiel de la démarche QVT

Le temps passé au travail représente une part importante de notre...
Jour de congé pour un déménagement : ce que dit la loi
Votre marché de l’emploi

Jour de congé pour un déménagement : ce que dit la loi

Déménager représente une étape importante dans la vie d’un individu...
Télétravail et recrutement : comment s’y prendre ?
Votre marché de l’emploi

Télétravail et recrutement : comment s’y prendre ?

Le télétravail est en plein essor depuis le début de la crise...